lundi 21 décembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Rarement une mise en abyme aura été réalisée de façon aussi subtile que dans Mia Madre, le dernier film de Nanni Moretti. Mêlant vie professionnelle et vie privée, il crée un des plus beaux films de cette fin d'année porté par deux acteurs magnifiques: Margherita Buy (délicate, émouvante) et John Turturro (exubérant, hilarant).


Les studios Pixar reviennent (très rapidement après l'excellent Vice-Versa) avec leur dernier film: Le voyage d'Arlo. Ce dernier est un voyage initiatique parfait pour les plus jeunes d'entre nous qui se laisseront rapidement gagner par une animation à couper le souffle, des personnages attendrissants et drôles et une jolie fable autour des notions de courage, d'ouverture à l'autre et de solidarité.


Suite au succès du premier opus, on s'attendait à revoir la joyeuse bande! Babysitting 2 arrive sur nos écrans et cette fois-ci ils vont au brésil. Et bien sur tout se détraque!
Humour potache quand tu nous tiens...


Deux jolies histoires, pleine de la magie de Noël, pour enchanter les plus petits d'entre nous: Une Surprise pour Noël. Venez vivre les aventures d'Andrew, de Sofia et de leurs chiens husky...


Claude Lelouch est de retour et à son plus haut niveau. Un + Une est une très bonne comédie romantique animée d'un souffle de nouveauté et d'un dynamisme qui fait plaisir à voir. Cette énergie n'est pas étrangère au couple joué par Elsa Zylberstein et Jean Dujardin  qui prennent visiblement un grand plaisir à être devant la caméra. Enfin, Lelouch ose beaucoup dans sa mise en scène (et cela fonctionne).



Nos amis Belle et Sébastien sont de retours dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas les rater!


A première vue, ce film qui nous vient d’Islande réunit toutes les caractéristiques que l'on pourrait associer à ce pays: montagnes, neige, froid, pull islandais, moutons et deux frères bougons. Béliers, pourtant, nous réchauffe petit à petit mélangeant avec beaucoup de franchise et de finesse chronique réaliste, comédie burlesque et tragédie antique.


30 ans après... ils sont de retours! Venez découvrir les toutes dernières aventures de Star Wars...
J.J. Abrams a réussi "Star Wars - Le Réveil de la Force". Il refait pour la saga "Star Wars" ce qu’il avait accompli pour "Star Trek" en 2009 : remettre au goût du jour une grande mythologie populaire en respectant l’esprit des œuvres originales. (20minutes)


Dimanche 27 décembre - 17h00
Venez découvrir la captation de l'Opéra National de Paris sur votre écran de cinéma.
Un enchantement avec un entracte agrémenté d'une coupe de bulles! 



Le pont des espions est un film directement lié à la tradition cinématographique américaine que Steven Spielberg et Tom Hanks représentent, mais aussi un film moderne de par la vision du monde qu'il présente. Ce qui est sur, c'est que ce film d'espionnage est captivant et passionnant, mêlant grande Histoire vue à hauteur d'homme.

Ciné-spectacle: La Belle au bois dormant - dimanche 27 décembre - 17h00

Venez découvrir la captation de l'Opéra National de Paris sur votre écran de cinéma.
Un enchantement avec un entracte agrémenté d'une coupe de bulles! 


Ballet des ballets », La Belle au bois dormant demeure un des joyaux du patrimoine de la danse. Virtuosité, somptuosité des décors et costumes recréent la splendeur de l’un des plus brillants chefs-d’œuvre du répertoire.
Tarif unique: 12 euros. 


Pour en savoir plus:
- présentation du spectacle

lundi 14 décembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Les frères Larrieu reviennent et quel retour! 21 nuits avec Pattie a, à peu près, tous les ingrédieux de la comédie parfaite: des acteurs jubilatoires, une liberté de ton et une fantaisie qui pousse le bouchon bien loin, enfin et surtout un film qui fait du langage (et donc une écriture par derrière) un acte libérateur.
"Solaire et désopilant, le nouveau film des frères Larrieu est un bonheur inattendu, une comédie gentiment crue et farfelue." (LeJournalDuDimanche)


Nos amis Belle et Sébastien sont de retours dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas rater la SORTIE NATIONALE le mercredi 09 décembre!


On vous l'annonce: Star Wars en sortie nationale dès le 16 décembre au Savoie. Ne le manquez pas on a du batailler fort pour vous l'avoir. 
Que la force soit avec vous!  


Rencontre avec Axel Salvatori-Sinz (réalisateur) des Chebabs de Yarmouk - jeudi 17 décembre - 20h00

 
Les chebabs ne peuvent obtenir d’asile, faute de nationalité. Ils s’entêtent à déjouer le sort dans des labyrinthes de clandestinité à l’instar du cinéaste durant ses tournages. Les textes qu’ils ont rédigés de leurs mains participent à l’écriture du film et donnent corps à notre empathie. (L'Humanité) 



Programmation de courts métrages pour tous les ages et tous les goûts. Osez la découverte! 
- spécial adolescent le 28/12 à  18h30
- spécial adulte le 19/12 à 19h30
- spécial jeune public le 20/12 à 15h30 
Entrée libre. 
Éric Judor en est le parrain cette année... <iframe src="https://player.vimeo.com/video/142643086" width="500" height="281" frameborder="0" webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen></iframe>


Rarement une mise en abyme aura été réalisé de façon aussi subtile que dans Mia Madre, le dernier film de Nanni Moretti. Mêlant vie professionnelle et vie privée, il crée un des plus beaux film de cette fin d'année porté par deux acteurs magnifiques: Margherita Buy (délicate, émouvante) et John Turturro (exubérant, hilarant).
 


Cinémarmots: Spécial Noël - Dimanche 20 décembre - 16h00

 

Une sortie nationale exceptionnelle! A partir du 16 décembre...

30 ans après... ils sont de retours! Venez découvrir leurs toutes dernières aventures en sortie nationale au Savoie dès le 16 décembre.



Et pour ceux qui voudraient tout savoir sur la saga...

Rencontre avec Axel Salvatori-Sinz (réalisateur) des Chebabs de Yarmouk - jeudi 17 décembre - 20h00

Un rendez-vous à ne pas rater autour d'un très beau film et de son réalisateur qui nous fera le plaisir d'être parmi nous. 
Un film plus qu'actuel même si "très rapidement après son tournage, le film a rejoint le clan assez fermé des documentaires veufs de leur sujet, qui ont capturé, parfois sans le savoir, une réalité déjà disparue au moment où ils se présentent sur les écrans de cinéma."

Critique Télérama:

C'est beau, un passeport. Petit carnet de rien mais qui permet tout. Lorsqu'il leur est donné d'en tenir un entre les mains, Ala'a, Hassan, Samer, Tasneem et Waed tournent et retournent ce sésame capable d'ouvrir leur horizon, de les arracher enfin à Yarmouk, gigantesque camp de réfugiés palestiniens situé dans la banlieue de Damas, en Syrie... Dans ce documentaire tourné avant la guerre, Axel Salvatori-Sinz ne montre pas de jeunes résistants préoccupés par la lutte contre l'occupant israélien. Il filme des jeunes gens au carrefour de leur vie, qui échafaudent des plans pour repousser l'échéance du service militaire, pour s'ouvrir au monde en général, au cinéma et au théâtre en particulier. Et qui se mettent à douter, parfois : et si leur place était à Yarmouk, parmi les leurs ? Ils discutent, fument, plaisantent, méditent, à moins qu'ils ne dépriment. Souvent, ils ont le regard dans le vague, perdus dans des abîmes insondables...
Lorsque le film s'achève, on a la boule au ventre : on quitte les héros au début des premiers mouvements populaires en Syrie. Aujourd'hui, leurs appartements ne sont plus que poussière : le camp a été détruit en grande partie. Et Hassan a été tué, sans doute torturé à mort par l'armée régulière syrienne. — Marc Belpois

Cinémarmots: Spécial Noël - Dimanche 20 décembre - 16h00

Autour du film Une surprise pour Noël, venez colorier avec les doigts en compagnie de Céline Aguettaz et réaliser votre décoration de Noël.
Chaque enfant repart avec sa décoration.
A partir de 3 ans.





Le jour le plus court - 18,19&20 décembre





Programmation de courts métrages pour tous les ages et tous les goûts. Osez la découverte!
- spécial adolescent le 28/12 à  18h30
- spécial adulte le 19/12 à 19h30
- spécial jeune public le 20/12 à 15h30
Entrée libre.


Éric Judor en est le parrain cette année...
<iframe src="https://player.vimeo.com/video/142643086" width="500" height="281" frameborder="0" webkitallowfullscreen mozallowfullscreen allowfullscreen></iframe>

Toutes les informations: ici!

lundi 7 décembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

25 ans après, Christian Vincent retrouve Fabrice Luchini dans L'hermine. Prétextant un film de procès, ce dernier s'oriente petit à petit vers  histoire sentimentale délicate et vibrante où se fait jour le portrait d'un homme ébranlé. Entre une écriture très précise et une très bonne interprétation, ce film nous charme.


Voici le dernier film d'une "série" qui aura fidélisée et passionnée de nombreuses personnes. Hunger games clôt le rideau avec un dernier opus au niveau de se que l'on pouvait attendre d'une telle franchise. Un film sombre avec son lot de scènes d'action impressionnantes et toujours porté par la charismatique Jennifer Lawrence.


Nos amis Belle et Sébastien sont de retour dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas rater la SORTIE NATIONALE le mercredi 09 décembre!


S'éloignant de l'histoire du premier opus et s'orientant plus vers une franchise liée par le même esprit, voici Babysitter 2 qui débarque!  Cette fois, l’équipe part au Brésil en vacances et forcemment tout se détraque. Humour potache quand tu nous fait rire...


Comme c'est bientôt Noël, voici déjà un cadeau pour les plus petits d'entre nous: Oups j'ai raté l'arche en SORTIE NATIONALE. Venez suivre les aventure de Dave et son fils Finny, qui appartiennent à la race des Nestrians -de curieuses et adorables créatures- que personne n'a jugé utile d'inviter à bord de l'Arche.
Un film bourré d'animaux tous plus droles les uns que les autres.


Les frères Larrieu reviennent et quel retour! 21 nuits avec Pattie a, à peu près, tous les ingrédieux de la comédie parfaite: des acteurs jubilatoires, une liberté de ton et une fantaisie qui pousse le bouchon bien loin, enfin et surtout un film qui fait du langage (et donc une écriture par derrière) un acte libérateur.
"Solaire et désopilant, le nouveau film des frères Larrieu est un bonheur inattendu, une comédie gentiment crue et farfelue." (LeJournalDuDimanche)


On vous l'annonce: Star Wars en sortie nationale dès le 16 décembre au Savoie. Ne le manquez pas on a du batailler fort pour vous l'avoir. 
Que la force soit avec vous!

lundi 30 novembre 2015


Cette semaine au cinéma Le Savoie

Malgré un titre qui laisse à penser à un film politique, Les Anarchistes se développe plutôt comme un film romantique explorant les tourments et indécisions d'un homme (Tahar Rahim). Elie Wajeman, le réalisateur, confirme son talent entre une photo très belle et qui marque (bleue nuit), des dialogues d'une belle justesse et des acteurs très bien dirigés. 


On ne boude jamais son plaisir de retrouver James Bond. Il est aussi vrai qu'après "Skyfall" notre exigence est forte. On retrouve donc Sam Mendes derrière la caméra et Daniel Craig devant. Le premier offre toujours un grand spectacle mêlé à une réflexion sur le personnage du héros et donc une certaine autodérision. Quant au second, il endosse parfaitement le smoking de Bond. Enfin, ne pas oublier les James Bond girls: Léa Seydoux et Monica Bellucci!
Bref, un James Bond certes en deçà du précédent mais qui reste un très beau et intelligent spectacle.


Disney nature revient avec son dernier opus autour des singes... On ne peut s'empêcher, malgré un documentaire un peu trop scénarisé, de craquer pour cette maman singe et les paysages magnifiques dans lesquels elle évolue.
Un documentaire ludique, pédagogique et visuellement époustouflant.
A partir de 6 ans.   


Voici le dernier film d'une "série" qui aura fidélisée et passionnée de nombreuses personnes. Hunger games clôt le rideau avec un dernier opus au niveau de se que l'on pouvait attendre d'une telle franchise. Un film sombre avec son lot de scènes d'action impressionnantes et toujours porté par la charismatique Jennifer Lawrence.


25 ans après, Christian Vincent retrouve Fabrice Luchini dans L'hermine. Prétextant un film de procès, ce dernier s'oriente petit à petit vers  histoire sentimentale délicate et vibrante où se fait jour le portrait d'un homme ébranlé. Entre une écriture très précise et une très bonne interprétation, ce film nous charme.


Noël approche et voici le premier film pour les tout petits... Un programme pour fêter joyeusement la venue de l’hiver féerique ! 
A partir de 3 ans. 

lundi 23 novembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Le film divise beaucoup depuis Cannes... n'est ce pas la meilleur raison de venir le voir et se faire sa propre opinion?
 Le fils de Saul ou les camps d'extermination vu à hauteur d'homme est un film complexe, difficile, tendu mais définitivement un choc esthétique (on avait rarement vu un procédé filmique fonctionner aussi fort). Cela personne ne le remet en cause. Les questions qui restent sont: peut-on filmer « l’inmontrable » ? et dans quel but?





Mardi - 20h00- La demande d'asile en Savoie


Les réalisateurs d’Une vie de chat reviennent avec un superbe dessin animé drôle et touchant.Phantom boy marie avec bonheur différents éléments: le polar, le fantastique ou encore le  film de super-héros pour notre plus grand bonheur.
A partir de 6 ans. 


On ne boude jamais son plaisir de retrouver James Bond. Il est aussi vrai qu'après "Skyfall" notre exigence est forte. On retrouve donc Sam Mendes derrière la caméra et Daniel Craig devant. Le premier offre toujours un grand spectacle mêlé à une réflexion sur le personnage du héros et donc une certaine autodérision. Quant au second, il endosse parfaitement le smoking de Bond. Enfin, ne pas oublier les James Bond girls: Léa Seydoux et Monica Bellucci!
Bref, un James Bond certes en deçà du précédent mais qui reste un très beau et intelligent spectacle.







Samedi 28 novembre - 18h00
Plus d'infos: ici!


Malgré un titre qui laisse à penser à un film politique, Les Anarchistes se développe plutôt comme un film romantique explorant les tourments et indécisions d'un homme (Tahar Rahim). Elie Wajeman, le réalisateur, confirme son talent entre une photo très belle et qui marque (bleue nuit), des dialogues d'une belle justesse et des acteurs très bien dirigés. 


Nous allons vous évitez toutes les allusions culinaires dans ce court texte! A vif  est un film relativement classique mais qui ne manque pas de charme lorsque l'on s'attache aux dialogues qui touchent leur but et aux acteurs, car le casting est quatre étoiles. 


Dernier événement dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale

Dans le cadre de la Semaine de la Solidarité Internationale, Le Savoie vous propose trois dates autour de questions actuelles, pour les petits comme les grands, pour échanger, s'enrichir et partager tous ensemble. 


Ciné-échanges: la demande d'asile en Savoie - mardi 24 novembre - 20h00
En partenariat avec l'ACA de St-Michel-de-Mnne et l'Association Départementale pour le Développement et la Coordination des Actions auprès des Étrangers de la Savoie (ADDCAES)
20h00 : Film-documentaire  "La Forteresse" de F. Melgar (Léopard d'Or Festival de Locarno en 2008).
 
21h45 : échanges avec Dimitri Laheurte de l'Association Départementale pour le Développement et la Coordination des Actions auprès des Étrangers de la Savoie.
Tarif : 5 euros.


En savoir plus sur:





Ciné-débat: En quête de sens - Vendredi 27 novembre - 20h00



« En quête de sens » est un projet documentaire qui est né d’un constat partagé par un nombre croissant de citoyens : notre société occidentale est malade, prisonnière d’une logique qui engendre plus de destructions, d’injustices et de frustrations que d’équilibre et de bien être. L’impératif de rentabilité économique à court terme prend aujourd’hui le pas sur l’intérêt général en dépit du bon sens. La logique prédatrice qui s’impose comme la norme, assombrit notre avenir commun.
Pour sortir de cette impasse ce n’est pas de plus de savoir, de plus de technologie, ou de croissance dont les hommes ont besoin, mais de plus de recul, de bon sens, en un mot : de plus de sagesse.

Plus d'informations, ici!

Groenland - Jeudi 26 novembre - 20h30

Iceberg en famille, c’est une expédition d’un père et ses deux fils au Groenland. L’histoire d’un réalisateur, guide de haute montagne qui, à force d’en parler à ses enfants, a décidé de les emmener : « là où naissent les Icebergs »…

Cohorte de Bastien Verney - Samedi 28 novembre - 18h00

A ne pas rater! Samedi 28 novembre - 18h00
Plus d'infos: ici!

lundi 16 novembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Kore-Eda revient avec un film sur une de ses thématiques préférées: la famille. Notre petite sœur nous fait  pénétrer dans une petite communauté (3 sœurs recueillent leur demi-sœur d'un père qui les a abandonné 14 ans auparavant) où loin du sensationnel on partage leur vie et moments de tous les jours. Kore-Eda arrive, pourtant et d’emblée, à nous toucher au point que l'on voudrait immédiatement partager ces moment-là.
  Kore-Eda offre un film bouleversant, tout d’élégance et de délicatesse.(LedauphinéLibéré)


Toutes les infos: http://cinesavoie.blogspot.fr/2015/10/conference-avalanche.html


Les réalisateurs d’Une vie de chat reviennent avec un superbe dessin animé drôle et touchant.Phantom boy marie avec bonheur différents éléments: le polar, le fantastique ou encore le  film de super-héros pour notre plus grand bonheur.
A partir de 6 ans. 
Un formidable conte sur le pouvoir du rêve... (Télérama)



En mai fais ce qu'il te plait est un film sincère, juste, basé sur une reconstitution minutieuse. Mettant en scène l'exil forcé des habitants d'un petit village du nord de la France devant l'invasion allemande, le film déploie une belle tension dramatique autour des personnages incarnés par Olivier Gourmet, Mathilde Seigner et Laurent Gerra.
Du cinéma populaire de qualité!



Jeudi 19 novembre à 19h00: le climat en question! 




Le film divise beaucoup depuis Cannes... n'est ce pas la meilleur raison de venir le voir et se faire sa propre opinion?
 Le fils de Saul ou les camps d'extermination vu à hauteur d'homme est un film complexe, difficile, tendu mais définitivement un choc esthétique (on avait rarement vu un procédé filmique fonctionner aussi fort). Cela personne ne le remet en cause. Les questions qui restent sont: peut-on filmer « l’inmontrable » ? et dans quel but?
Un film d’une force inouïe, qui trouve la juste manière de filmer l’innommable, en en faisant tout voir sans en rien montrer.(LeDauphiné)







Un film pour les plus petits d'entre nous (2-5 ans) qui présentent plusieurs court-métrages qui proposent une pérégrinations autour d’animaux tout fous. Un ensemble attachant qui contient de belles réussites, pleines de trouvailles graphiques et poétiques.  





Chorale Gens du pays - Samedi 21 novembre - 20h30

La chorale Gens du pays va réjouir nos oreilles une fois de plus...


Des chansons pour vous distraire de vos soucis, vous faire sourire , vous faire rêver,  vous émouvoir, l’air de rien…




lundi 9 novembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Elser, un héros ordinaire porte bien son titre et nous met face à un héros méconnu et pourtant essentiel des histoires d'atrocité c'est-à-dire un simple homme qui se met face à la barbarie. Le film est, de plus, un thriller très bien documenté et construit.
Pas d'effets attendus, pas de scènes de torture, juste la noblesse d'un homme debout, face à l'abjection, face à l'inacceptable.(LeNouvelObs)


Seul sur mars est un film qui fait beaucoup parler. En effet, suivant Gravity et Interstellar, c'est la troisième grosse production de ces dernières années sur "l'aventure spatiale". Cette fois-ci, Ridley Scott est au commande et Matt Damon en est l'interprète principal. Ce dernier interprète, avec brio et optimiste, une sorte de Robinson Crusoé de l'espace. On se laisse alors embarquer à suivre ses aventures et par là suivre une belle leçon de survie (de Matt Damon lui même mais aussi de la nation américaine).



Nos amis Belle et Sébastien sont de retour dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas rater 2 avant-premières exceptionnelles! Plus qu'une le Mercredi 11 novembre 17h30.


Biopic sur le funambule français Philippe Petit, The Walk, est un film aux multiples facettes. En effet, utilisant les derniers moyens technologiques, Robert Zemeckis filme avec un budget digne d'un blockbuster pour raconter une histoire qui n'est pas le genre de ces derniers. Le résultat est à couper le souffle (à voir en 3D!)
Bluffant et vertigineux.



Julie Delpy signe une vraie comédie populaire avec Lolo, son meilleur film jusque ici. Captant l'air du temps, ne refusant pas des dialogues crus et salés et très bien interprété, ce film emporte tout sur son passage.
Un film à  la bonne humeur communicative et à l’énergie débordante.


Kore-Eda revient avec un film sur une de ses thématiques préférées: la famille. Notre petite sœur nous fait  pénétrer dans une petite communauté (3 sœurs recueillent leur demi-sœur d'un père qui les a abandonné 14 ans auparavant) où loin du sensationnel on partage leur vie et moments de tous les jours. Kore-Eda arrive, pourtant et d’emblée, à nous toucher au point que l'on voudrait immédiatement partager ces moment-là.
  Kore-Eda offre un film bouleversant, tout d’élégance et de délicatesse.(LedauphinéLibéré)

Avant-premières exceptionnelles: Belle&Sébastien: l'aventure continue

Nos amis Belle et Sébastien sont de retour dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas rater 2 avant-premières exceptionnelles!
Dimanche 01 novembre 17h30
Mercredi 11 novembre 17h30


lundi 2 novembre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Un film de Woody Allen est à la fois un rendez vous régulier (il en sort un par an) et toujours un événement. Surtout que l'homme irrationnel renoue avec la veine noir du réalisateur... En effet, commençant comme une comédie universitaire efficace et spirituelle emmenée par un séduisant duo d'acteurs, le film prend peu à peu un virage vers une noirceur cynique très jouissive!


Mon roi, le nouveau film de Maiween (Polisse), déploie une énergie rare... La réalisatrice y raconte la passion destructrice d'une jeune femme pour un mauvais garçon. Les acteurs participent beaucoup à cette sensation d'intensité, Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot sont impressionnants.
Un film tellement ancré dans le quotidien et pourtant si sensible.


Reprenant le personnage et l'histoire de Pan mais en nous proposant un nouveau regard sur l'origine des personnages légendaires, cette nouvelle superproduction nous en met plein les yeux. C'est le film d'aventure parfait à voir en famille, un film plein de merveilleux et de fantaisie soutenus par de nombreux effets spéciaux.


Seul sur mars est un film qui fait beaucoup parler. En effet, suivant Gravity et Interstellar, c'est la troisième grosse production de ces dernières années sur "l'aventure spatiale". Cette fois-ci, Ridley Scott est au commande et Matt Damon en est l'interprète principal. Ce dernier interprète, avec brio et optimiste, une sorte de Robinson Crusoé de l'espace. On se laisse alors embarquer à suivre ses aventures et par là suivre une belle leçon de survie (de Matt Damon lui même mais aussi de la nation américaine).


Vin Diesel est de retour dans un film de série B bourré d'action: le dernier chasseur de sorcières. Un film de pur divertissement...


Un film très actuel (et qui fait lien avec nos événements de la Semaine de la Solidarité Internationale), La glace et le ciel offre un témoignage  important sur le réchauffement climatique et la catastrophe écologique qui menace. De plus, le film est magnifique, mélangeant images d'archives et de prises de vues actuelles.
Un beau voyage sur notre magnifique planète terre.
 

lundi 26 octobre 2015

Cette semaine au cinéma Le Savoie

Philippe Faucon, confirme son talent avec son dernier film, Fatima. Un film "sacrement" délicat. Un film resserré (1h19) fait sans spectaculaire mais un portrait de femme dans son quotidien bouleversent. Inspiré du recueil de Fatima Elayoubi, "Prière à la lune" (Bachari, 2006), ce long métrage, fait d'une multitude de petites touches, dessine la vie (extra)ordinaire de toutes ces personnes invisibles.


Le second volet du Labyrinthe séduit toujours.Ce dernier nous sert une belle intrigue et ne tombe pas dans les pièges suivis par de nombreux films de ce type.
Efficace, trépidant et bien rythmé!  


Petites casseroles est un film tout doux composé de plusieurs courts métrages. Ces derniers ont comme thématique: L'enfance, une aventure au quotidien... Ils sont variés dans leur forme et dans leur fond et tous de qualité.
A partir de 3 ans.


Les plus petits d'entre nous ont aussi le droit de regarder des films d'actions! Venez découvrir en SORTIE NATIONALE, la course du siècle. Un film d'une heure qui nous fera suivre le Petit Corbeau Chaussette dans une course de voiture pour sauver tous les animaux de la forêt.
A partir de 4 ans.


Un film très actuel (et qui fait lien avec nos événements de la Semaine de la Solidarité Internationale), La glace et le ciel offre un témoignage  important sur le réchauffement climatique et la catastrophe écologique qui menace. De plus, le film est magnifique, mélangeant images d'archives et de prises de vues actuelles.
Un beau voyage sur notre magnifique planète terre.


Spécial Halloween: Massacre à la tronçonneuse (l'original bien sur!) en version française.
 

Un film de Woody Allen est à la fois un rendez vous régulier (il en sort un par an) et toujours un événement. Surtout que l'homme irrationnel renoue avec la veine noir du réalisateur... En effet, commençant comme une comédie universitaire efficace et spirituelle emmenée par un séduisant duo d'acteurs, le film prend peu à peu un virage vers une noirceur cynique très jouissive!
Quel bonheur de voir ce cinéaste toujours aussi inventif. Qu'il s'agisse du scénario, qu'il a écrit, de la réalisation, qu'il assume, quel talent ! "L'Homme irrationnel" est une perle.  (CultureBox)


Jean-Paul Rappeneau (83 ans) signe avec son dernier film (12 ans après le précédant) une comédie sophistiquée. Mélangeant sujets actuels (famille, couple), il propose une réflexion profonde sur ces derniers sans jamais oublié le rire et le style! Le tout servis par d'excellents acteurs: d’André Dussollier à Marine Vacth en passant par Gilles Lellouche et Karin Viard.


Nos amis Belle et Sébastien sont de retour dans de nouvelles aventures... et vous ne voudriez pas rater 2 avant-premières exceptionnelles!
Dimanche 01 novembre 17h30
Mercredi 11 novembre 17h30



Mon roi, le nouveau film de Maiween (Polisse), déploie une énergie rare... La réalisatrice y raconte la passion destructrice d'une jeune femme pour un mauvais garçon. Les acteurs participent beaucoup à cette sensation d'intensité, Vincent Cassel et Emmanuelle Bercot sont impressionnants.
Un film tellement ancré dans le quotidien et pourtant si sensible.

Spécial Halloween: Massacre à la tronçonneuse - Vendredi 30 octobre - 21h00

Venez vous faire peur avec un film culte et terrifiant...
Popcorn offert!




“Massacre à la tronçonneuse” : 8 raisons de revoir ce chef-d’œuvre de l’horreur


Il y a quarante ans, le réalisateur Tobe Hooper inventait un nouveau genre de film d'horreur, le “slasher”. A Cannes, la Quinzaine des réalisateurs a eu la bonne idée de fêter cet anniversaire en projetant une version restaurée du cultissime et éprouvant “Massacre à la tronçonneuse”, en attendant une ressortie en salles en octobre.
C'est sans doute le plus grand film d'horreur de l'histoire du cinéma. Et le plus controversé. Une oeuvre profonde et viscérale pour les uns, un film gore et nauséabond pour les autres. Quarante ans après, l'expérience est toujours aussi éprouvante et les spectateurs de Massacre à la tronçonneuse, irréconciliables. Le réalisateur danois Nicolas Winding Refn, qui l'a découvert à 14 ans, ne s'en est jamais remis : « J'ai eu un choc esthétique comparable à celui qu'ont connu mes parents devant A bout de souffle, en 1960. Pour la première fois, un film m'apparaissait comme une véritable œuvre d'art. » nous disait-il en 2010. Pourquoi cette histoire de jeunes gens tombés dans les griffes d'une famille de cannibales texans continue-t-elle de fasciner autant les cinéphiles ? Qu'est-ce qui différencie ce film d'épouvante des centaines d'autres tournés avant et après lui ? Voici huit raisons pour expliquer le culte.

Un calvaire inspiré de faits réels

« Le film que vous allez voir relate la tragédie que vécut un groupe de cinq jeunes gens, en particulier Sally Hardesty et son frère invalide Franklin. (…) Pour eux, une balade par un après-midi d'été idyllique devint un cauchemar. Les événements de cette journée devaient mener à la découverte de l'un des crimes les plus bizarres des annales de l'histoire américaine, The Texas Chainsaw Massacre. » Le film de Tobe Hooper s'ouvre par ce carton qui prétend que le calvaire vécu par Sally Hardesty et ses amis est bien réel. Ce qui deviendra par la suite une convention dans le genre, pour foutre encore plus les jetons. En réalité, le personnage de Leatherface s'inspire d'Ed Gein, « le boucher du Wisconsin », profanateur de tombes et meurtrier de femmes, arrêté en 1957, qui décorait sa maison des restes de ses victimes. Ce tueur en série servit aussi de modèle à d'autres cinéastes, notamment à Hitchcock pour Psychose et à Jonathan Demme pour Le Silence des agneaux.

Un tournage infernal

« C'est malsain. Nous travaillons sur un film malsain et nous devenons malades. Nous avons tous un sentiment de dégoût par rapport à nous-mêmes. » Dottie Pearl, la maquilleuse, a été, comme toute l'équipe, traumatisée par les six éprouvantes semaines de tournage. Dans la ferme isolée près de la ville de Round Rock, Texas, au plus chaud de l'été 1973, les températures dépassent les 40 degrés tous les jours, avec 98 % d'humidité. Un soleil brûlant, des insectes, des moustiques, des fourmis, un seul WC pour quarante personnes... Faute d'argent, une douzaine de techniciens effectuent le travail de cinquante. Avec parfois des journées de vingt-deux heures de tournage d'affilée et un seul repas. Sans parler de la puanteur des os et des peaux en décomposition qui décoraient la maison du tueur. Les relations entre les acteurs furent exécrables. Gunnar Hansen, qui interprète Leatherface, avait décidé de ne jamais adresser la parole aux autres afin de conserver son aura. Pour conditionner les acteurs et entretenir cette atmosphère de violence et de peur, Tobe Hooper hurlait entre les prises, brisait des objets comme sous l'emprise d'une colère permanente. Couverte de plaies, l'actrice principale a frôlé la dépression. Et ne retournera quasiment plus aucun film.


Le parrain des slashers

Même si certains font démarrer le genre en 1960 avec Psychose, c'est véritablement le film de Tobe Hooper qui donnera à ce sous-genre du film d'horreur ses lettres de noblesse. Dans un slasher (to slash : taillader), un tueur psychopathe réduit à néant le casting à l'aide d'une arme tranchante : couteau, machette, ciseau à bois ou tronçonneuse. Et sa dernière victime est souvent une jeune femme à moitié nue. Les bases du slasher sont donc posées par Massacre, avant d'être copiées, parodiées et finalement épuisées par des générations de cinéastes plus ou moins doués. Wes Craven (Freddy, Scream) et John Carpenter (Halloween) font également partie des pionniers.

La touche expérimentale sous la série B

Jeune diplômé de l'Université du Texas, Tobe Hooper n'a que 28 ans lorsqu'il entreprend le tournage de Massacre à la tronçonneuse. Mais déjà dix ans d'expérience de monteur et de chef opérateur pour la télévision et un film expérimental à son actif, Eggshells, succession d'effets visuels psychédéliques simulant un trip sous LSD. C'est donc un excellent technicien doublé d'un grand cinéphile (il apprécie aussi bien Minnelli que Stan Brakhage) qui, face à l'échec de son premier long métrage, décide de réaliser un film de genre mais ultra travaillé. De façon à séduire le public mais sans renier son style. La scène d'ouverture, alternance de gros plans tantôt lumineux tantôt charbonneux sur des cadavres en lambeaux affiche d'emblée une ambition inhabituelle dans un film d'horreur.



Une sortie chamboulée par des aléas de production et la censure

Après avoir essuyé de nombreux refus de la part de distributeurs effrayés par la violence malsaine du film, la production vend les droits de Massacre au richissime producteur de Gorge Profonde. Ce qui permet d'enfin payer les techniciens et les acteurs. Le film sort en 1974 et engrangera 600 000 dollars de recettes en quatre jours et vingt millions de dollars en deux ans. Mais le producteur s'évanouit dans la nature avec l'argent. Une guerre judiciaire de plusieurs années s'engage. Ce n'est qu'en 1981 que le film rapportera enfin de l'argent à ceux qui l'ont conçu. Bien qu'il ait obtenu le prix de la critique au Festival du film fantastique d'Avoriaz en 1976, Massacre, jugé trop sadique par la commission de contrôle, ne sortira définitivement en France qu'en mai 1982, avec une interdiction aux moins de 18 ans. D'autres pays se montrent encore plus sévères avec le film, qui ne sort en Finlande qu'en 1996 et trois ans plus tard au Royaume-Uni.

Un western dégénéré

Avec sa musique country, son shérif à chapeau de cowboy, ses abattoirs fermés, ses adolescents transformés en bétail, sa maison abandonnée et le Texas pour décor, Massacre est hanté par le souvenir de l'Amérique des pionniers. On imagine très bien les ancêtres de Leatherface convoyant les troupeaux et marquant au fer leurs bêtes. Sally, l'héroïne kidnappée par les rednecks cannibales renvoie à Debbie, la jeune fille enlevée par les Indiens dans La Prisonnière du désert, de John Ford. Sauf que John Wayne n'est plus là pour venir la sauver.


Une critique sévère de l'Amérique des années 70

Leatherface, le rejeton tronçonneur d'une famille de bouchers texans au chômage a été perçu, en 1974, comme le symbole d'une société malade qui envoyait sa jeunesse se faire massacrer au Vietnam. Comme la plupart des grands films de cette prolifique décennie, Massacre expose l'envers du rêve américain et dénonce le pourrissement des institutions, qui a commencé avec les assassinats politiques des années 60 (Kennedy, King) et s'achève par le scandale du Watergate. Dans la première scène, on y déterre des cadavres au cimetière : c'est le passé génocidaire de l'Amérique qui ressurgit. Film d'horreur ou pas, Massacre est à ranger du Délivrance, de Boorman ou du Taxi Driver, de Scorsese.

Tobe Hooper, l'homme d'un seul film

La créateur de Massacre ne s'est jamais vraiment remis du succès de son chef-d'oeuvre. Aucun de ses films suivants ne lui arrive à la rotule. En 1976, avec la même équipe, il tourne Le Crocodile de la mort, variation gore sur le Psychose d'Hitchcock avec motel, propriétaire toqué et crocodile pour faire disparaître les clients imprudents. En 1982, Spielberg co-écrit et produit son décevant Poltergeist. Dans les années 80, sous contrat avec la Cannon Films, Hooper se spécialise dans les remakes et les suites de films d'exploitation sans grand intérêt (dont Massacre à la tronçonneuse 2). Aujourd'hui âgé de 71 ans, il continue à réaliser des films d'horreur. Sans trop y croire. Et il voyage dans le monde entier pour présenter Massacre, qui ressortira en France en version restaurée le 30 octobre.